Études Hérétiques 1-7

Antonija Livingstone / Nadia Lauro

 

Historiquement, un symposium est un regroupement de pédérastes enthousiastes. Autant d’aristocrates réunis pour boire du vin, philosopher, séduire et éduquer leurs jeunes amants. Logos, Pathos et Eros réunis autour de divertissements légers comme la poésie, la danse et la musique.

Le Symposium, un texte dramatique de Platon, décrit le phénomène des Sept Discours sur l’Amour. Conçu par et pour l’élite de la Grèce classique, ce Théâtre exclusif circulaire était une machine à former des citoyens éclairés et intégrés.

Aujourd’hui, un symposium nous projette généralement sur des chaises raides dans des salles de conférence impersonnelles en plastique jetable, avec des conférenciers VIP et des auditeurs ignorants, du mauvais café, des problèmes, des soldes, de l’égocentrisme académique, des jeux sans intérêt sur téléphones portables pour passer le temps…

 

Ce vieux plaisir potache qui consistait à faire partie d’un symposium pour : déplacer les lignes du savoir, connaître les invités et leurs manières de se partager leur sagesse peut à nouveau permettre de cultiver une citoyenneté pleine d’entrain et d’affections, ainsi qu’un aperçu du maintien des mystères de la vie.

 

Avec leurs propres sensibilités dandy féministes, Livingstone et Lauro raniment la notion de symposium comme architecture sociale et physique. Pour elles, la performance constitue le site même de la création. A partir d’architectures vivantes émerge un habitat queer dans lequel se déploient des "pratiques en voie de disparition" pratiques ancestrales obscures ainsi que, "des présences rares », comme celles d’un choeur d’amazones. Avec leur public et leurs collaborateurs, Livingstone and Lauro créent un scénario fait de gestes d’hospitalité et de mouvements d’assiduité qui esquissent une chorégraphie de l’inclusion, de la lucidité, du soin wyrd, et de la temporalité wyrd … ici, c’est la vitalité qui est en jeu.

 

La série d’Etudes Hérétiques 1-7 constitue une subtile performance atmosphérique. 

Les Etudes en question peuvent être jouées indépendamment les unes des autres, dans des combinaisons variées ou comme un ensemble polyphonique de sept modules.

L’éthymologie du mot hérésie,hérétique fait simplement référence à celui ou celle qui choisit pour lui/elle-même, en contraste avec les normes sociétales dominantes.

 

«En l’absence d’hérétiques, il faut en inventer, l’hérésie étant essentielle à la santé et au développement… Notre symbole de foi est une hérésie.»

Yevgeny Zamyatin

 

 

Direction artistique : Antonija Livingstone / Nadia Lauro

Interprétation : Antonija Livingstone + Stephen Thompson + Kennis Hawkins + Nadia Lauro & guests

Scénographie : Nadia Lauro

Storm Design : Brendan Dougherty

 

Production déléguée : extrapole

Coproductions : l’Arsenic-Centre d'Art Scénique Contemporain (Lausanne), Conseil des Arts du Canada  / l’Usine C (Montreal), Théâtre Garonne (Toulouse), Humain Trop Humain / Centre Dramatique National (Montpellier), Festival d'Automne (Paris)

Coréalisation : La Ménagerie de Verre (Paris)